Hans Holbein le Jeune

Hans HOLBEIN

1497 - 1543

Hans Holbein le jeune est un peintre et graveur allemand, né à Augsbourg en 1497 , dynamique centre culturel et artistique, perméable aux influences internationales, notamment italiennes .

Deuxième fils du peintre célèbre Hans Holbein l'Ancien (vers1465 - 1524), il est le frère cadet du peintre Ambrosius Holbein avec lequel il étudie dans l'atelier de son père à travers les œuvres de son père, Hans se familiarise avec la monumentalité classique et avec les divers aspects de la peinture flamande de la fin du XVe siècle.

En 1515, sa famille après le déclin de l'atelier paternel , se fixa à Bâle, haut lieu de l'humanisme qui offre alors aux artistes de plus grandes possibilités, liées notamment au développement de l'imprimerie, et où il demeura jusqu'en 1532.
C'est là qu'il se lia avec Erasme dont il agrémente de dessins les marges d'un exemplaire de son "Eloge de la folie". .. 

De 1516 à 1526, travaillant pour la haute bourgeoisie commerçante, il réalisa des portraits,(le Bourgmestre Jakob Meyer et sa femme, 1516, Kunstmuseum, Bâle), des compositions religieuses, décorations murales, cartons de vitraux et des gravures . Influencé par Matthias Grünewald, son style s'ouvrit aux nouvelles conceptions de la Renaissance italienne.

En 1519, Holbein devient membre de la guilde des peintres de Bâle, et sa production picturale compte surtout des œuvres religieuses: l'Adoration des bergers et l'Adoration des mages (1521-1522), toutes deux sur les volets du Retable d'Oberried, la Cène et la Flagellation, qui font partie d'un ensemble de cinq scènes de la Passion (vers 1525, Kunstmuseum, Bâle). 
Le Christ mort (1521-1522, Bâle), destiné à orner la prédelle d'un retable, se caractérise par une précision morbide. C'est une oeuvre époustouflante.

En 1526, fuyant la Réforme, il partit pour Londres, recommandé par Erasme à Thomas More. il entre, grâce à celui-ci, en contact avec le milieu humaniste anglais. Il peint la Famille de Thomas More, œuvre qui n'est plus connue que par la copie dessinée qu'il en fait pour Érasme, et qui laisse l'impression d'un milieu ouvert et éclairé. 
Durant les dix-huit mois que dure ce premier séjour à Londres, il réalise les portraits de membres de la cour: sir Henry Guilfort, l'Archevêque Warham, Nicolas Kratzer (1528, musée du Louvre, Paris), Cette époque constitua l'apogée de sa carrière. Il exécuta le projet d'un arc de triomphe pour l'entrée d'Anne Boleyn à Londres et peignit Les Ambassadeurs en 1533. Le tableau les Ambassadeurs est particulier.

En 1536, nommé peintre-valet de chambre d'Henri VIII il devient en peu de temps le portraitiste officiel de la cour d'Angleterre. Les portraits de Henri VIII et de la reine Jane Seymour (1536-1537) montrent l' extrême attention portée au détail par Holbein. Le tissu des vêtements, les points de couture, les dentelles et les bijoux sont rendus jusque dans leurs détails techniques. De nombreux dessins préparatoires témoignent de cette recherche minutieuse. A la mort de la reine, Holbein, chargé de faire les portraits des prétendantes, fait, entre 1538 et 1539, un voyage en Europe et réalise les effigies d'Anne de Clèves (vers 1539, musée du Louvre, Paris) et de Christine de Danemark.

En dépit des offres avantageuses qui lui sont faites par la ville de Bâle lors d'un voyage en Allemagne, Holbein abandonne sa famille et choisit de poursuivre sa carrière à Londres, où il meurt, à l'apogée de sa réputation, en 1543, au cours d'une épidémie de peste

Son activité de portraitiste a fait de lui un des peintres majeurs de son temps...