Chaim SOUTINE 1893-1943

Soutine par Modigliani

1893 Né à Smilovitchi, Chaïm Soutine est l'avant dernier d'une fratrie de onze enfants. Sa ville natale est située à vingt kilomètres de Minsk, en Biélorussie, où résident une nombreuse population juive, des paysans Russes ou Polonais.Son père, Salomon, est tailleur. Soutine connaît une enfance pauvre dans son shtetl.

1903-1904 Il est apprenti tailleur dès l’âge de dix ans. 1907 Soutine suit des cours de dessin à Minsk auprès de l'unique professeur de la ville, M. Kruger, qui a réussi à convaincre ses parents. Il se lie d'amitié avec Michel Kikoïne (1892-1968) qui suit le même enseignement.

1910 Kikoïne, dans "Mes souvenirs sur mon camarade Soutine" rappelle que son ami fut victime de l'interdit religieux de la représentation : " Soutine, ayant fait le portrait d'un vieillard du village, futensuite rossé brutalement par les fils de ce dernier et le laissant pour mort. (Il s’agit en réalité du boucher du village qui faisait office de rabbin de la communauté, il a été gravement blessé à la cuisse par un coup de couteau). La mère de Soutine déposa une plainte contre ses agresseurs et les accusés furent condamnés à verser la somme de 25 roubles au plaignant. Cet argent permit à Soutine de partir avec Kikoïne à Vilnius en 1910 et de s’inscrire au cours du professeur Kureger qui, selon Kikoïne, « garantissait le succès en trois mois ». Un an plus tard, Soutine demande à êtreadmis à un cours de trois ans à l'École des beaux-arts. Il échoue une première fois à l'examen d'entrée, mais obtient l’autorisation de repasser l’examen, cette fois, avec succès Soutine et Kikoïne se lient avec Pinchus Krémègne, élève comme eux. Ensemble, à Vilnius, ils rêvent de Paris. Pour gagner leur vie, Soutine et Kikoïne travaillent comme retoucheurs chez un photographe.

1912 Kikoïne part pour Paris. Krémègne, lui y est déjà depuis plusieurs mois.

1913 Grâce à la générosité du Docteur Rafelkess dont Soutine avait fait la connaissance vers 1912 à Vilnius, son voyage à Paris est financé. Krémègne emmène Soutine à la Ruche où il partagera tantôt l’atelier de Krémègne, tantôt celui de Kikoïne, il y rencontre Chagall. Le 9 juin 1913 il est immatriculé au service des étrangers de la Préfecture de Police de Paris.« J.Lanthemann suppose qu’avant d’arriver à Paris, Soutine serait passé par Berlin, où il serait resté quelque mois, ce qui permettrait d’expliquer le flottement existant de quelques mois entourant de la date de son arrivée à Paris. » Dès son arrivée, il se rend au Louvre il y retournera régulièrement. Il est fasciné par Rembrandt, Courbet, Corot, Chardin. Pendant deux, il est inscrit à I‘atelier Cormon, à l'École des beaux-arts avec Kikoïne, Mané Katz et Léopold Zborowski. Il travaille la nuit avec Kikoïne : ils déchargent les fourgons de marée à la gare Montparnasse, sefont embaucher pour la préparation du Salon de I'automobile, et font aussi des retouches photographiques chez le père de I'acteur André Reybaz. À la Ruche, Soutine ressent déjà des troubles de I'estomac.

1914 Le 4 août, Soutine obtient un permis de séjour dans le quartier Saint-Lambert, dans le XVe arrondissement de Paris. Il se rend fréquemment chez Kikoïne qui s’est marié et habite une maison au Nord-Est de Paris. Il y peint de nombreux paysages. Lorsque la Grande Guerre éclate, il se porte volontaire avec Kikoïne comme beaucoup d’autres artistes tel que Kisling, Braque, Léger etc., mais il sera réformé pour des raisons de santé. Il s'installe à la Cité Falguière où il partage l'atelier du sculpteur Miestchaninoff, arrivé à paris en 1907. Il a pour voisins les sculpteurs Brummer et Jacques Lipchitz. 1915-1918 À la Cite Falguière, le sculpteur Biélorusse Jacques Lipchitz le présente à Amadeo Modigliani qui est « Réformé » pour des raisons de santé également, c'est le début d'une solide amitié qui durera jusqu'à l a mort du peintre en 1920. Vivant dans une grande précarité, ne pouvant louer son propre atelier, il partage ceux de sescompagnons, tantôt à la Ruche, tantôt à la Cité Falguière. Il réalise à cette période une série de Natures mortes. Modigliani présente Soutine à Chéron, marchand de tableaux, 58, rue de La Boétie. Chéron leur achète parfois un tableau pour 40 ou 50 Francs. C'est également Modigliani qui introduit Soutineauprès de son marchand polonais Léopold Zborowski, 3, rue Joseph Bara, qui ne comprit pas tout de suite l’oeuvre de Soutine.Il rend fréquemment visite aux Kikoïne qui demeurent maintenant à Clamart, quelquefois accompagné de Modigliani. En mars 1918, Paris est frappée par l’artillerie allemande, Zborowski, qui a vendu la totalité de son stock au marchand suédois Jonas Netter, part avec Modigliani, Soutine, et Foujita pour Cagnes sur-mer. Soutine séjourne à Vence avec Modigliani, ils rencontrent Léopold Survage. Soutine reste dans le midi jusqu'en automne, il réalisera de nombreux paysages et des natures mortes.

1919-1920 Zborowski envoie de nouveau Soutine dans le Midi, dans le Roussillon, à Céret, et dans les Alpes Maritimes, à Cagnes où Modigliani séjourne régulièrement avec Jeanne Hébuterne, pour soigner sa tuberculose. Soutine est très affecté par la mort de Modigliani, survenu le 24 janvier 1920 et par le suicide de sacompagne Jeanne Hébuterne alors qu’il est à Cagnes. Soutine vit dans une grande solitude et la précarité financière, malgré les quelques subsides envoyés par Zborowski. Ses premières peintures en ventes publiques sont achetées par Léon Zamaron, commissaire depolice à Montparnasse, qui l’aide également à obtenir des papiers d’immigration. À Cagnes, le peintre Émile Lejeune s'intéresse à sa peinture et lui achète une dizaine de toiles. Soutine travaille énormément dans le Midi. Il y peindra de nombreux paysages de Céret, des portraits de femmes et d’enfants, des natures mortes, et commence sa série de « Pâtissier ». Souvent déçu par ses oeuvres, le peintre en renie le caractère tourmenté et les déformations de ses "motifs". Il les rachète ou les échange contre d’autres de ses toiles, les détruisant aussitôt. Au cours de l'été 1920, Zborowski et sa compagne Anna Sierpowska emmènent Paulette Jourdain Céret "voir Soutine". Paulette a quatorze ans. Elle est entrée chez Zborowski environ un an avant la mort de Modigliani, pour lequel elle a posé. Paulette Jourdain raconte la joie de Soutine d'apprendre la venue de Zborowski avec lequel il voulut rentrer à Paris. À son retour à Paris, Soutine loge de nouveau à la Ruche.

1921-1922 Il semble toutefois que jusqu'en 1922 il ait effectué des va-et-vient entre Paris et le Midi. En juin 1921, exposition « Quarante-sept artistes exposent au Parnasse » au Café Le Parnasse où Soutine prit part et qui fut organisée par la compagnie ambulante des peintres et sculpteurs fondés par Serge Romoff et Auguste Clergé. En juin, exposition collective à la galerie Devambez «Les pompiers et les modernes » organisée parle peintre Maurice Loutreuil. À la fin de 1922, le monde artistique parisien est en effervescence, lors du passage du docteur Albert C. Barnes (le collectionneur a fait fortune grâce à son invention de l’antiseptique Argyrol). Barnes vient à Paris réunir une collection d’oeuvres contemporaines destinées à sa future fondation de Merion, près de Philadelphie. Plusieurs versions circulent sur la découverte par le collectionneur de l’oeuvre de Soutine « Le Pâtissier au bonnet blanc » exposé en devanture de la galerie du marchand d’art et collectionneur Paul Guillaume qui est conseiller artistique de Dr Barnes et qui emmène le collectionneur chez Zborowski où il acquiert de nombreuses toiles de l’artiste. Du jour au lendemain la réputation de Soutine est faite. Une autre version fait de Lipchitz Kisling et Pascin les instigateurs de la rencontre avec Barnes ( My life in sculpture, J.Lipchitz). Il en achète 52 et en revend 12 à Paul Guillaume (entre 15 et 30 dollars pièces). Il en revendra 15 à au suisse Kurt Mettler, marchand de tableau à Paris. En 1945, il en revend 12 pour faire de l’espace à Georges Keller . Première rencontre avec Madeleine et Marcellin Castaing. Madeleine Castaing se souvient qu' à la Rotonde Pierre le peintre Brune leur conseille d'acheter une toile de Soutine qui ne possédaitaucun moyen de subsistance qu’ils rencontrèrent dès le lendemain. Ils deviendront après la mort de Zborowski en 1932 ses mécènes et marchands.

1923-1924
Janvier –Février : Paul Guillaume organise une exposition d’une cinquantaine d’oeuvres acquises par le Dr Barnes (Daumier, Van Gogh, Picasso, Matisse, Soutine) et écrit le premier article consacré à Soutine dans les Arts à Paris n° 7 Janvier 1923. Zborowski envoie à nouveau Soutine à Cagnes. Dans ses lettres adressées à son marchand, n’arrivant pas à travailler comme il le veut, Soutine demande à rentrer à Paris. Pendant deux ans, Soutine vit entre Cagnes et Paris. Barnes, de retour aux Etats-Unis, expose du 11 avril au 9 mai ses Soutine dans une exposition composée de 75 oeuvres « Contemprary European Painting and Sculpture » à l’Academy of Fine Arts, de Pennsylvanie (Philadelphie). Soutine continue ses visites régulières au Louvre, admirant particulièrement Rembrandt, Courbet, Corot, et est fasciné par la sculpture antique grecque. Il commence la série des natures mortes à la raie inspirée de Chardin, des natures mortes à la volaille, aux lapins et surtout des Boeufs écorchés rappelant la Carcasse de boeuf de Rembrandt. Jusqu’en 1929, Soutine peint aussi des portraits d’enfants de choeur, des grooms et serveurs d’hôtel-restaurants.

1924 Zborowski commence à vendre de manière importante des oeuvres de Soutine, lui assurant des revenus confortables et élargit le cercle de ses collectionneurs. Albert C. Barnes publie un article sur Soutine dans la revue de Paul Guillaume, le Arts à Paris de novembre.

1925-1926 Soutine loue à Paris un grand atelier (8, rue du Mont Saint-Gothard dans le 14ème) et un appartement au 35, avenue du Parc Montsouris (aujourd’hui avenue René Coty). Paulette Jourdain pose régulièrement pour lui. Soutine se rend à Amsterdam pour voir La Fiancée juive de Rembrandt au Rijksmuseum. Il refera plusieurs fois le voyage au cours de sa vie. En 1925, les Castaing acquièrent auprès de Zborowski le Grand enfant de choeur. Soutine va régulièrement au théâtre et assister aux matchs de catch. En 1926, il déménage boulevard Edgar Quinet, puis rue de l’Aude. Soutine séjourne dans la maison louée par Zborowski dans un petit village d'lndre et Loire, « Le Blanc », sur les bords de la Creuse. De même, en 1927 Soutine a pour modèle une vieille comédienne du Théâtre Français Nelly qui l'aide à améliorer son français. Waldemar George, lui consacre un article dans la revue l’Amour de l’Art.

1927 Soutine est au Blanc. Il a installé son atelier dans un hangar. Il y réalise une série de naturesmortes, aux volailles et légumes variés ramenés du marché. Il peint aussi des paysages, des arbresau bord de la rivière. En juin, première exposition particulière à la Galerie Henri Bing, rue de La Boétie, le galeristeayant convaincu le peintre hostile aux expositions. Première exposition de groupe à New York à la Reinhardt Gallery. La galerie Pierre à Paris présente des oeuvres de Braque, Derain, Gromaire, Léger, La Fresnaye, Miro, Modigliani, Pascin, Picasso, Rouault, Soutine, Tchelitchew, de même à la galerie Percier rue de la Boëtie (Dufy, Beaudin, Férat, Marcoussis, Modigliani, Picasso, Rouault, Soutine, Survage). Bing s'occupe aussi de lui aux côtés de Zborowski et de Jonas Netter. Soutine lit beaucoup (DostoÏevski, Balzac) ainsi que des ouvrages de mythologie et de philosophie. Début de sa correspondance avec Elie Faure. Il continue sa série de maîtres d'hôtel, valets et employés de maison.

1928 Début d’une solide amitié avec les Castaing, Madeleine Castaing pose pour lui dans l’atelier près du parc Montsouris. Le couple l'invite à Lèves, près de Chartres. Soutine y fera, à la belle saison, des séjours fréquents jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale. En septembre, Soutine effectue un premier séjour chez Élie Faure, près de Bordeaux. Il tombe amoureux de sa fille, origine de sa brouille avec l’historien d’art. On peut voir des oeuvres de Soutine chez Barnes, Zborowski, Paul Guillaume, Bing, Netter, Hessel, Jacques Doucet, les Castaing, et également dans la collection du commissaire Zamaron, amateur d'art qui à plusieurs reprises, a aidé Soutine dans ses démarches administratives. Exposition collective à la galerie Carmine avec Braque, Chagall, Cocteau, Gromaire, Kisling, Laprade, Léopold Lévy, Lurçat, Pascin, Picasso, Savin et Signac. Première monographie de Soutine par Waldemar George, dans la collection Les Artistes juifs, éditions Le Triangle, Paris. Début de la série des baigneuses.

1929 Publication d’une importante monographie par Elie Faure, aux éditions G. Crès. Soutine séjourne à Vence, il peint plusieurs versions des "Arbres de Vence". Mort de Serge Diaghilev qui projetait un ballet dont les décors auraient été créés par Soutine, sur une musique d'Hindemith. La galerie Bernheim-Jeune inaugure le 25 mai une Exposition de la Collection d’Art contemporain de Paul Guillaume où ses Soutine sont présentés (Waldemar George rédige un des deux volumes prévus de la collection du marchand). Exposition de groupe « Les Portraits de Maria Lani » organisée par la Galerie Joseph Brummer à New York. Lorsque survient la crise économique, Soutine a son atelier passage d'Enfer, communiquant avec la rue Campagne Première. 
En octobre 1928, Soutine a  une brève liaison avec Deborah Melnik qu’il a connue à Vilnius et qui posait pour lui à Montparnasse. De cette liaison naît, le 10 juin 1929, une fille, Aimée, c'est par l'intermédiaire de Zborowski, que Soutine apprend qu'il vient d'être père. Zborowski lui demande d'aider cette femme i....il refuse de reconnaître l'enfant.  
La crise financière met fin à la clientèle américaine de Zborowski. L’ulcère à l’estomac de Soutine le gêne de plus en plus, l’obligeant à s’arrêter de travailler.

1930-1935 Soutine passe ses étés chez les Castaing à Lèves près de Chartres et y rencontre Erik Satie, Jean Cocteau, Elie Faure, Drieu La Rochelle, Maurice Sachs. Les Castaing le soutiennent assurant le soutien financier que Zborowski, ne peut que difficilement lui procurer. Exposition de groupe en mai organisée par la revue « l’Art Vivant », au théâtre Pigalle. ( 4 oeuvres ) Il réalise à Lèves une grande partie de sa production. La Femme entrant dans l'eau, La Sieste, L'Enfant en bleu assis. Il peint à Chartres les deux Cathédrale de Chartres, la Route des Grands- Prés et Les Escaliers de Chartres. Il peint aussi des animaux, des personnages et des enfants du village. Le 24 mars 1932 Zborowski, meurt alors âgé de quarante-trois ans, à la suite d'une crise cardiaque, ruiné par la crise économique et par un train de vie démesuré. Soutine réserve la priorité de l'ensemble de sa production aux Castaing qui prennent la relève de Zborowski. Du 13 au 20 décembre 1935 : première grande exposition monographique aux Etats-Unis, à I'Art Club de Chicago. ( 20 oeuvres)

1936 Il rend souvent visite à Max Kaganovitch dans sa galerie du Boulevard Raspail. Il habite avenue d’Orléans dans un petit hôtel particulier. Exposition du 3 au 22 févier à la Valentine Gallery à New York ( 21 oeuvres) Exposition «Soutine »à la Sullivan Gallery du 24 févier au 15 mars à NewYork (14 oeuvres) En 1936 les parents de Soutine reprennent contact avec lui rompu depuis son départ en 1913. 1937-1938 Exposition «Soutine »à la Sullivan Gallery du 22 mars au 17 avril à NewYork (17 oeuvres). Exposition en Avril « Soutine » aux Leicester Galleries à Londres ( 33 oeuvres), préfacée par Maurice Sachs. Soutine accepte pour la dernière fois de participer à une exposition. De juin à octobre, au Musée du Petit Palais, à Paris, dans le cadre de l’exposition "Les Maîtres de l'art indépendant". Sont présentées douze de ses oeuvres. Il s'installe au 18, rue La Villa Seurat dans le 14ème arrondissement, non loin de Dali, Gromaire,Lurçat et de, Chana Orloff, à laquelle Soutine rend de nombreuses visites. Mort d'Élie Faure. En 1937, au café du Dôme, il fait la connaissance de Gerda Groth, une réfugiée allemande Elledevient sa compagne et s’installe avec lui à la Villa Seurat. Il la surnomme (« Mlle Garde » ). Il reçoit souvent dans son atelier les peintres Michonze, Téréchkovitch et Mansourof. Madeleine Castaing vient régulièrement voir son travail. Exposition « Soutine » en novembre à la Storan Gallery à Londres (12 oeuvres).

1939 En juin 1939, Soutine a pour voisin à la Villa Seurat l'écrivain Henry Miller. Exposition monographie du 20 mars au 8 avril à la Valentine Gallery de New York (21 oeuvres). Au cours de l'été, Soutine et Garde séjournent dans l'Yonne, dans le petit village de Civry ; il y peint de grands peupliers et la série des "Enfants sur le chemin du retour de l'école". Bloqués en tant que réfugiés à Civry lors de la déclaration de guerre, ils ne peuvent regagner Parisque grâce à l’intervention d’Albert Sarraut. Il se rend de temps en temps à Paris pour consulter le docteur Gosset, un des grands spécialistes. Garde confie à Pierre Courthion qu'un cancer s'est déclaré à la suite de son ulcère à l'estomac. Les Castaing, dont la maison de Lèves a été réquisitionnée par l'armée allemande, lui rendent de temps en temps visite à Civry. Soutine travaille lorsque ses crises le laissent en paix, tout en continuant de détruire les oeuvres qui ne le satisfont pas.

1940 A la suite de l’invasion allemande, Garde est internée avec d'autres allemands au camp de Gurs. Elle ne reviendra à Paris qu'en 1943, alors que Soutine est à Champigny, puis seul à Civry. Madeleine Castaing ouvre son magasin de décoration et d'antiquités à Paris. Exposition « Soutine » du 15 avril au 11 mai à la Carrol Carstairs Gallery ( 23 oeuvres). Ordonnance hitlérienne du 20 octobre 1940 stipulant l'obligation pour tous les juifs de se faire recenser. Soutine refuse. Traqué, Soutine doit se cacher. Pour tenter de quitter la France, il effectue des démarches auprèsde l’Ambassade des Etats-Unis, en France, mais, ses papiers n’étant pas en règle, ses tentatives restèrent vaines. Une autre version rapporte qu’il aurait décliner l’invitation de ses amis à se rendre aux Erats-Unis.

1941-1942 En février, Soutine quitte Civry pour louer une chambre à Paris, dans un petit hôtel de l'avenued'Orléans. Madeleine Castaing et Maurice Sachs lui présentent Marie-Berthe Aurenche, alors séparée de Max Ernst. Au milieu de l'année 1941, elle devient sa compagne. Soutine et sa compagne se cachent à Paris, chez Marcel et Olga Laloé, 26, rue des Plantes. Au début de l'été, découverts par le concierge de I'immeuble, ils sont obligés de fuir Paris. Les Laloé les mettent en relation avec l’un de leurs amis, Maire de Richelieu en l'Indre-et-Loire. Il leur procure de faux papiers et leur trouve un refuge à Champigny-sur-Veude, d’où ils déménagent fréquemment. Soutine continue de peindre les paysages de la Loire, les animaux de fermes et les enfants. Le marchand Louis Carré s’occupe désormais de la peinture de Soutine.

1943 Du 17 janvier au 15 février : Exposition à la Phillips Memorial Gallery de Washington D.C (23oeuvres). Le catalogue comporte un texte de Duncan Phillips. La galerie Bignou de New York organise une exposition du 22 mars au 16 avril, (18 oeuvres) Le texte du catalogue est d’Albert C.Barnes. L'état de santé de Soutine s'aggrave. Au début du mois d'août, à la suite d’une hémorragie, Soutine est transporté en urgence à I'hôpital de Chinon. Il est transféré à Paris en passant par plusieurs départements de la zone occupée et est opéré dès son arrivée mais décède deux jours plus tard, le 9 août. Il est enterré le 11 août au cimetière de Montparnasse. Parmi les rares personnes qui suivent le cortège on signale Max Jacob, Picasso, Jean Cocteau et Gerda Groth.