Georges SEURAT

1859 - 1891

Georges Pierre Seurat naît le 2 décembre 1859 à Paris. Son père, Chrysostome Antoine Seurat, a été huissier à la Villette. Vivant de ses rentes dans sa résidence d'étéau Raincy, il ne rend visite qu'une fois par semaine à sa femme et à son fils . La mère de Seurat, Ernestine Faivre, est très proche de son fils .
L' oncle maternel Paul Haumonté-Faivre, marchand de tissus et peintre amateur initie son neveu à la peinture dés son jeune âge .
En 1875 Seurat fréquente les cours de dessin d'une école du soir municipale dirigée par le sculpteur Justin Lequien. Il se lie d'amitié avec Edmond Aman-Jean, 
puis en 1876, il étudie la Grammaire des arts du dessin de Charles Blanc.

Seurat est admis en février 1878 avec Aman-Jean à l'École des Beaux-Arts et entre dans la classe de peinture d'Henri Lehmann,élève de Jean Auguste Dominique Ingres. Seurat étudie les Vieux Maîtres au Louvre.

En 1879 Seurat quitte l'École des Beaux-Arts et loue avec Aman-Jean et Ernest Laurent un atelier dans la rue de l'Arbalète, puis il effectue une année de volontariat militaire à Brest. Dans un carnet d'esquisses, il collectionne outre de nombreuses figures des études représentant la mer, la plage et des bateaux. Il étudie l'ouvrage de David Sutter, Les Phénomènes de la vision.

À son retour de Brest en 1880 , Seurat loue non loin de l'appartement de ses parents une petite pièce au 19, rue de Chabrol où il peindra jusqu'en 1886 ses œuvres les plus importantes.
En 1881 Seurat lit la théorie des couleurs d'Ogden N. Rood et étudie avec méthode les tableaux de Delacroix.

Pour la seule et unique fois, Seurat est représenté au Salon officiel en 1883 avec un dessin, Portrait d'Aman-Jean. Il fait la rencontre de Puvis de Chavannes.

Son premier grand tableau, Une Baignade, Asnières sera refusé par le Salon en 1884.
A l'exposition de la Société des Artistes Indépendants, il rencontre Paul Signac avec lequel il se lie d'amitié. 
En décembre, Seurat présente une nouvelle fois aux Indépendants Une Baignade, Asnières ainsi que des premières études pour Un Dimanche à la Grande Jatte.


En 1885, Seurat achève La Grande Jatte. Signac lui permet la rencontre des écrivains symbolistes Paul Adam, Henri de Régnier ....

En 1886 Seurat expose Un Dimanche à la Grande Jatte à la dernière exposition des impressionnistes. Félix Fénéon, critique d'art lui fait rencontrer le jeune mathématicien et théoricien d'art Charles Henry dont les théories l'impressionnent fortement.
Après un été à Honfleur, Seurat présente dix œuvres dont Un Dimanche à la Grande Jatte à l'exposition des Indépendants .
Seurat est invité à l'exposition du groupe d'avant-garde bruxellois Les Vingt. A l'automne, Seurat travaille sur Les Poseuses dans son nouvel atelier au 128 b, boulevard de Cherry.

Le 2 février 1887, Seurat participe avec Signac à l'ouverture du Salon des Vingt où il expose sept toiles dont Un Dimanche à la Grande Jatte. 
Initié par Signac apparaît le groupe des néo-impressionnistes qui rassemble des artistes utilisant la technique du pointillisme. .

Le 26 mars 1887 , Seurat présente aux Indépendants des études pour son nouveau tableau Les Poseuses. Durant l'été, il travaille sur cette toile et sur La Parade 
En janvier 1888, Seurat et ses amis présentent leurs œuvres dans les locaux de la Revue Indépendante dirigée par Fénéon. Il expose au Salon des indépendants Les Poseuses, La Parade et huit dessins.
Seurat passe l'été à Port-en-Bessin sur la Manche où il réalise de nombreuses marines.

En février 1889, Seurat participe de nouveau à l'exposition des Vingt à Bruxelles. Il y rencontre le modèle Madeleine Knobloch et commence à s'éloigner de ses amis, irrité par leurs querelles. Il habite à partir d'octobre avec son amie dans un atelier tenu secret dans le passage de l'Élysée-des-Beaux-Arts.

En 1890 Son fils Pierre Georges naît le 16 février. Seurat expose aux Indépendants Le Chahut et Jeune Femme se poudrant. Seurat passe les mois d'été à Gravelines sur la mer du Nord et réalise des marines.

En 1891, Seurat expose au salon des Vingt à Bruxelles le Chahut et six paysages .Au salon des Indépendants qui ouvre le 16 mars il expose un tableau inachevé Le Cirque . Le 29 Mars il meurt des suites d'une angine contractée en préparant son exposition , son fils succombera peu de temps aprés à la même maladie...