Le Pérugin 1448 -1523

 Pietro Vannucci, dit Le Pérugin (Il Perugino) est né vers 1448 à Città della Pieve, près de Pérouse, en Ombrie. Son surnom lui vient de la ville de Pérouse (Perugia en italien).
Son père, Cristoforo Vanucci, avait de nombreux enfants et la famille n'était pas riche, mais respectée. Son goût pour la peinture est apparu très tôt car, à peine avait-il atteint sa neuvième année qu'il fut mis en apprentissage chez un peintre de Pérouse, Benedetto Bonfigli (1420-1496) puis chez Niccolò da Foligno (1430-1502). Il travaillera ensuite à Pérouse auprès de Piero della Francesca.
A une date indéterminée, il part pour Florence, l'épicentre de la Première Renaissance italienne.
Entre 1470 et 1472, il travaille dans l'atelier d'Andrea del Verrochio (1435-1488) où il est le condisciple de Léonard de Vinci.
En 1472 il est inscrit à la compagnie de Saint-Luc de la ville, corporation de peintres et de sculpteurs. Au cours de la décennie 1470, il peint de nombreuses scènes religieuses et des Vierges. En 1478, Pietro Vanucci part pour Rome, où il participera, de 1480 à 1482 à la réalisation des fresques à la Chapelle Sixtine commandées par le pape Sixte IV (1414-1484), auxquelles collaborent également Sandro Botticelli et Domenico Ghirlandaio.
Il revient à Florence en 1486 et, en 1487, est condamné à une amende de dix florins pour coups et blessures. Avec un autre peintre de Pérouse, il a agressé un individu avec des bâtons. Cependant, sa réputation de peintre de grand talent est désormais confirmée et il ouvre deux ateliers, l'un à Florence, l'autre à Pérouse.
En 1485, la ville de Florence lui avait décerné le titre de citoyen d'honneur et c'est à partir de cette date qu'il devient pour tous Il Perugino (Le Pérugin). Il va alors beaucoup produire et il devient difficile de déterminer ce qui est de sa main et ce qui a été peint par les nombreux élèves qui fréquentent ses ateliers.
En 1493, Le Pérugin épouse Chiara Fancelli, fille de l'architecte Luca Fancelli. Il utilisera le visage de son épouse dans certaines représentations de la Vierge. A la fin du 15e siècle, Raphaël (1483-1520) devient son élève et le génie du jeune peintre infléchira un peu le style du maître. Scènes religieuses, retables, fresques, mythologie antique vont se succéder pendant vingt ans au début du 16e siècle.
Le Pérugin est décrit comme un artiste au talent exceptionnel mais incroyant et attiré par l'argent. « Pietro avait peu de religion. Il ne voulut jamais croire à l'immortalité de l'âme, et rien ne pouvait vaincre l'obstination de sa cervelle de marbre. Toute son espérance reposait sur les biens de la fortune, et pour l'argent il aurait été capable de tout. Il amassa de grandes richesses, bâtit et acheta des maisons à Florence, et acquit une foule de bonnes et solides propriétés à Pérouse et à Castello-della-Pieve. Il se maria avec une jeune fille d'une beauté extraordinaire, dont il eut plusieurs enfants. On prétend qu'il attachait tant d'importance à la parure de sa femme, que souvent il lui donnait lui-même tous ses soins. »(Vasari Giorgio -1550)

Pietro Vanucci, dit Le Pérugin, meurt en 1523 à Fontignano, hameau proche de Florence. Il y séjournait pour décorer l'église paroissiale et aurait été atteint de la peste.